LES CONFÉRIENCIERS DE LA SAISON 2016-2017

Ambassadeur de France en Belgique

Claude-France Arnould

Claude-France ARNOULD a été envoyé spécial pour l’Espace au Service européen pour l’Action extérieure de janvier à octobre 2015. Elle a été auparavant, à partir de janvier 2011, Directeur exécutif de l’Agence européenne de défense.

De 2009 à 2010 elle a dirigé la direction Gestion des crises et planification au Conseil de l’Union européenne, après avoir été directeur pour les questions de défense du Conseil de l’Union européenne.

Ministre plénipotentiaire, elle a été directrice des Affaires internationales et stratégiques au Secrétariat général de la défense nationale de 1998 à 2001, premier conseiller à l’Ambassade de France en Allemagne de 1994 à 1998 et a travaillé à différents postes sur les dossiers communautaires, notamment en tant que sous-directeur à la direction économique puis à la direction de la coopération européenne au Ministère français des affaires étrangères de 1989 à 1994. De 1987 à 1989 elle a été Secrétaire général de l’École nationale d’administration (ENA).

Ancienne élève de l’Ecole normale supérieure et de l’Ecole nationale d’administration, Claude-France ARNOULD est titulaire de l’agrégation de lettres classiques et d’une licence d’art et d’archéologie. Elle est également diplômée de l’Institut d’études politiques de Paris.

Officier de la Légion d’honneur et de l’ordre national du Mérite, Claude-France ARNOULD a reçu la Bundesverdienstkreuz Erster Klasse (Allemagne) et la Gran Cruz del Mérito Militar (Espagne).

Romancière

Gaëlle de la Brosse

Née en 1965 en Bretagne, Gaële de La Brosse nourrit deux passions : l’écriture et le voyage à pied. Docteur ès lettres de l’université Paris IV – Sorbonne, elle s’est orientée vers le domaine de l’édition et de la presse.

Ecrivain et journaliste, elle travaille depuis plus de vingt ans sur les chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle, qu’elle a souvent arpentés, et sur les autres routes de pèlerinage, dont elle est également familière. Cofondatrice de la revue et du réseau Chemins d’étoiles, elle est l’auteur du livre Tro Breiz, les chemins du Paradis. Pèlerinage des Sept Saints de Bretagne (Presses de la Renaissance, 2006), et a dirigé le Guide spirituel des chemins de Saint-Jacques(Presses de la Renaissance, 2010). Elle vient de créer la collection « Chemins de pèlerinage » aux éditions Desclée de Brouwer, dont le premier titre s’intitule Les Chemins du Mont-Saint-Michel. En marche vers l’Archange (2010).

Elle organise également de nombreux événements sur ce thème (universités d’automne, rencontres, colloques, salons du livre). Elle a notamment été chargée de mission par la Communauté d’agglomération du Puy-en-Velay pour l’organisation d’un colloque européen sur « L’hospitalité sur les chemins de Saint-Jacques », qui s’est déroulé les 1er et 2 avril 2011.

Ecrivain & Journaliste

René Guitton

René Guitton est éditeur et auteur. L’éditeur édite des ouvrages de littérature générale, l’auteur écrit pour le livre, le théâtre et la télévision.

Parallèlement à ses fonctions, ce voyageur inlassable étudie les grands courants religieux monothéistes, la philosophie et les systèmes de pensée. Défenseur ardent de la dignité humaine, passeur infatigable des religions et des cultures entre les peuples, il œuvre depuis de nombreuses années pour un dialogue philosophique, spirituel et religieux entre l’Orient et l’Occident.

Plusieurs de ses ouvrages ont été couronnés de prix. « Si nous nous taisons », Prix Montyon de littérature et de philosophie de l’Académie Française, Prix Lyautey de l’Académie des sciences, et prix Liberté. « Ces Chrétiens qu’on assassine », prix des Droits de l’Homme.

Après avoir débuté sa carrière comme journaliste, correspondant de France 2 au Maroc, puis à RTL Paris et Télé-Luxembourg (1966-1972), il collabore au secteur musical international de RTL puis occupe diverses responsabilités de premier plan dans l’univers de la musique à Paris: Directeur Général des Services Créatifs de Polydor France (1976-1983) – De 1983 à 1995 il est successivement Directeur Général de CARRERE Télévision & CARRERE Disques puis Directeur Général de CARRERE Éditions littéraires et des Éditions HACHETTE-CARRERE – Vice-président du SNEP (Syndicat National de l’Éditions Phonographique / 1989-1992) et successivement administrateur et Président de la SCPP (Société Civile des Producteurs Phonographiques / 1986-1993) puis Vice-président jusqu’en 1996, et Président des VICTOIRES DE LA MUSIQUE (1992). En 1995, il rejoint le groupe Hachette comme directeur général des Éditions Hachette-Carrère, puis des Editions N° 1. Aujourd’hui il est directeur de collection aux Éditions Calmann-Lévy.

Pièce de Théâtre

« Le cas Martin Piche »

Martin Piche consulte un psychiatre dans l’objectif de le guérir de ce mal étrange : il souffre d’un manque absolu de curiosité.

« Obsédé par l’ennui », « neurasthénie », « manque de manque » : tout y passe pour tenter de définir cette « névrose » et résoudre ce cas bien exceptionnel au cours de cette séance qui aiguise au plus haut point la curiosité de ce psychiatre.

Les situations comiques s’enchaînent, de l’insolite au burlesque, de l’absurde au désopilant.
Le praticien réussira-t-il à guérir son patient ?
La drôlerie du propos fait de cette consultation un moment de théâtre comique et inattendu où le final nous laisse sans voix.

Auteur : Jacques Mougenot
Artistes : Jacques Mougenot, Hervé Devolfer
Metteur en scène : Hervé Devolfer

Philosophe & Professeur

Armand Abécassis

Armand Abécassis, né le 4 avril 1933 au Maroc, est un écrivain français, professeur de philosophie générale et comparée à l’Université Michel-de-Montaigne (Bordeaux III).

Ses écrits et ses enseignements cherchent à promouvoir un dialogue fécond entre judaïsme et christianisme.

Écrivain & Essayiste

Yasmina Khadra

Yasmina Khadra est le pseudonyme de l’écrivain algérien Mohammed Moulessehoul.

Son père, officier de l’ALN blessé en 1958, veut faire de lui un soldat en l’envoyant dès l’âge de neuf ans dans un lycée militaire, où il fait toutes ses études avant de servir comme officier dans l’armée algérienne pendant 36 ans. Durant la période sombre de la guerre civile algérienne dans les années 80-90, il est l’un des principaux responsables de la lutte contre l’AIS puis le GIA, en particulier en Oranie.

Moammed Moulessehoul choisit en 1997, avec le roman Morituri, d’écrire sous pseudonyme. Diverses raisons l’y poussent, mais la première que donne Moulessehoul est la clandestinité. Elle lui permet de prendre ses distances par rapport à sa vie militaire et de mieux approcher son thème cher : l’intolérance.

Il démissionne de l’armée algérienne en 2000, pour se consacrer à sa vocation: l’écriture, et choisit de s’exprimer en langue française. Après un court passage au Mexique, il vient s’installer en 2001, en France, où il habite encore aujourd’hui. En 2002 dans « L’imposture des mots », Khadra-Moullessehoul répond aux attaques qui fustigent son passé militaire.

Il choisit de rendre hommage aux femmes algériennes et à son épouse en particulier, en prenant ses deux prénoms, Yasmina Khadra, et ne révèle son identité masculine qu’en 2001 avec la parution de son roman autobiographique « L’Écrivain » et son identité tout entière dans « L’imposture des mots » en 2002. A cette époque ses romans ont déjà touché un grand nombre de lecteurs et de critiques.

Parmi ses ouvrages, on peut citer « Morituri » (Baleine, 1997), « L’automne des chimères » (Baleine, 1998), « A quoi rêvent les loups » (Julliard, 1999) et « Cousine K » (Julliard, 2003), où se déploie le « style Khadra » alliant lyrisme, métaphores inattendues, dépouillement et poésie. Style qui atteint son apogée avec « L’Attentat » (Julliard), retenu par les jurys du Goncourt et du Renaudot en 2005 et titulaire du prix des libraires 2006.

En 2010, l’auteur délaisse pour un temps le sujet du conflit au Moyen-Orient, au cœur des « Hirondelles de Kaboul » (2002) et « Les Sirènes de Bagdad » (2006), pour écrire un conte moral : « L’Olympe des infortunes ».

En 2015, il publie « La dernière nuit du Rais ». En 2016, il publie « Dieu n’habite pas La Havane ».

Écrivain & Essayiste

Gaston-Paul Effa

Né au Cameroun en 1965, élevé par des religieuses, c’est en France que Gaston-Paul Effa poursuit ses études. Il mène à Sarrebourg en Moselle-Est une triple vie d’écrivain, de professeur de philosophie et de restaurateur solidaire à la (succulente) « Table des Tropiques ». Il est aussi président du prix littéraire lorrain Erckmann-Chatrian, l’un des plus anciens prix français avec le Goncourt, et critique littéraire.

Il a déjà publié chez Grasset Tout ce bleu (1995) et Mâ (1998) qui a obtenu les Prix Erckmann-Chatrian et Grand prix littéraire de l’Afrique Noire 1998. Le cri que tu pousses ne réveillera personne est paru chez Gallimard, en 2000, et Le cheval-Roi aux Editions du Rocher.

Après  » Nous enfants de la tradition » publié en 2008 aux éditions Anne Carrière, Gaston-Paul Effa publie en 2012 chez Actes Sud  » Je la voulais lointaine » une belle réflexion sur les contradictions de l’exil et la difficile transmission de l’héritage traditionnel.

Romancière

Claude Habib

Claude Habib est née en 1956 à Paris où elle vit. Spécialiste de la littérature du XVIIIe siècle, elle est maître de conférences à l’Université Lille III.

Préfère l’impair est son premier roman et son deuxième livre publié.

Écrivain (de l'Académie Française)

Jean-Marie Rouart

Jean-Marie Rouart est né à Neuilly-sur-Seine, le 8 avril 1943, dans une famille d’artistes peintres. Il est l’arrière-petit-fils des peintres Henri Rouart et Henry Lerolle.
Écrivain et journaliste, il a publié son premier roman La Fuite en Pologne en 1974. Viennent ensuite La Blessure de Georges Aslo en 1975, Les Feux du pouvoir, prix Interallié en 1977. Après Le Mythomane, en 1980, il obtient le prix Renaudot avec son roman Avant-guerre, en 1983. Il publiera ensuite successivement six romans : Le Cavalier blessé en 1987, une fresque historique à l’époque du Premier Empire, La Femme de proie en 1989, Le Voleur de jeunesse en 1990, Le Goût du malheur en 1993 et L’Invention de l’amour en 1997. Il est également l’auteur de plusieurs essais : Ils ont choisi la nuit, prix de l’Essai de l’Académie française en 1985, consacré à des écrivains qui se sont suicidés, Omar, la construction d’un coupable, en 1994, radiographie du système judiciaire qui a abouti à la condamnation d’Omar Raddad. Il est l’auteur d’une biographie consacrée au duc de Morny : Morny, un voluptueux au pouvoir, en 1995, et d’un essai littéraire sur le thème du succès et de l’échec : La Noblesse des vaincus, en 1998. Il a obtenu le prix Prince Pierre de Monaco pour l’ensemble de son œuvre.
Parallèlement à son activité d’écrivain, il a mené une carrière de journaliste d’abord au Magazine littéraire en 1967, puis au Figaro comme journaliste politique, au Quotidien de Paris où il a dirigé les pages littéraires. Après avoir été directeur du Figaro littéraire de 1986 à 2003, il collabore à Paris-Match.
Il a été élu à l’Académie française, le 18 décembre 1997, au fauteuil de Georges Duby (26e fauteuil).

Lors de la 17e édition du festival La Forêt des Livres, Jean-Marie Rouart a reçu le Prix de l’Œuvre 2012 pour son Napoléon ou la destinée.

Tous les conférenciers depuis 1945

Armand Abecassis Béatrice Dussane Jean Marsac
Marcel Achard Rabbin Eisenberg Père Martelet
Alexandre Adler Raphaël Enthoven Marie Mendras
Laure Adler Maurice Escande Jean-Claude Menou
Daniel Alcouffe J.J. Etchevery Père Merveille
M.A. Anquetil Edgar Faure Pierre Messmer
Mohammed Arkoun Madame Favre Anne Michailof
Pierre Assouline Jacqueline Favreau Colombier Alexandre Minkowski
Hubert Astier Dominique Fernandez Elisabeth de Miribel
Dominique Auchères Marc Ferro Jean Mistler
Lise Barbier Luc Ferry Esther Moench
Raymond Barre Raoul Follereau Théodore Monod
Joseph Basile André Fontaine Eric de Montgolfier
Alain Bauer Jean-Claude Fortuit Jacques Mougenot
François Bellec Max Pol Fouchet Kenizé Mourad
Baronne de Belleroche Madame France-Noelle Paul Mus
Alain de Benoist Bernard Frank Marcel Naegelen
Jean-Marie Benoist Julien Freund Aldo Naouri
Catherine Bensaid André Frossard Prince Charles Napoléon
Ségolène Bergeon Marc Fumaroli Catherine Nay
Mère Marine-Ina Bergeron Louis Gabriel-Robinet Madame David Neel
Jean Bernard Serge Galam Mademoiselle Nizan
Lise Bernard François Gall Olivier Nora
Jacques Berque Maurice Garçon Pierre Nord
Jacques Bersani Robert Garric François Nourissier
Alain Besançon Jean-Jacques Gautier Jean Oberlé
Frédéric Bibal Bernard Gavoty Raymond Oliver
Geoiges Bidault Père Geffré Christiane Oliviers
Philippe Bilger Guy Georgy Marc Oraison
Igor et Grichka Bogdanov Henri Giscard d’Estaing Erik Orsenna
Pierre de Boisdreffe Guy Godlewski Marcel Pagnol
Jacques Borel Henri Goemare Jean Painlevé
Jacques-Henri Bornecque Christian Goudineau André Parrot
Odette Boucher Philippe Grimbert Pierre Péan
Jacques de Bourbon-Busset René Grousset Monique Pelletier
Francis Bourdin Jean Guéhenno Jean-Marie Pelt
Joëlle Bourgois Jean-Claude Guillebaud René Percheron
Jeanne Bourin Henri Guillemin Régine Pernoud
Rémi Brague Max Guilmot Alain Peyrefitte
Jean-Denis Bredin Gilbert Guiraud Pascal Picq
Pascal Bruckner Paul Guth Anne Pingeot
Madame André Burgaud Mireille Hadas-Lebel Edgard Pisani
Monseigneur Calmels Claude Hagège Pierre Ploix
Yves Cannac Gisèle Halimi Georges Poisson
Francis Carco Marek Halter Alain Pompidou
Père Carré Jean Hamburger Prince Poniatowski
Hélène Carrère d’Encausses Marc Helsmoortel Frédéric Pottecher
Gisèle Casadesus Marie de Hennezel Monseigneur Poupard
André Castelot Catherine Hermary-Vieille Valéry Radot
Norbert Casteret René Héron de Villefosse Philippe Rebeyrol
Duc de Castries Stéphane Hessel Jean Rey
Sorj Chalandon Georges Houot Maurice Rheims
André Chamson Jean-Marc Hovasse Père Riquet
Françoise Chandernagor Georges Huisman Raymond Ritter
Hervé de Charette René Huyghe Michel Rocard
Roger Ikor Jacqueline de Romilly
Edmonde Charles-Roux M.J. Imbault-Huart Pierre Rosenberg
Philippe Charlier Général Ingold Bernard Rouilly
Louise Charpentier Jacques Isorni André Roussin
Alain Chevalier Albert Jacquard Simone Rozès
Jean Chevrier Jean-Charles Professeur Ruffié
André Cicolella Lucien Jean-Dars Gonzague Saint-Bris
Bob Claessens Francis Jeanson Madame Saint Girons
Pierre Clement Michel Jobert Philippe de Saint Robert
Marie-Véronique Clin Gontran de Juniac Jacques Sallebert
François de Closets Axel Kahn Jacques Salomé
Jean Clottes Jean-François Kahn Christiane Sand
Ivan Cloulas Robert Kalbach Philippe Sassier
James de Cocquet Grand Rabbin Kaplan Alice Saunier Séité
Bernard de Colmont Jean-Claude Kaufmann Maurice Schumann
Jean-Marie Colombani Jean-Paul Kauffmann Jacques-Alain de Sédouy
André Comte-Sponville David Khayat Philippe Seguin
Arthur Conte Blandine Kriegel Leopold Senghor
Yves Coppens Michel Laclotte Antoine Sfeir
Duc de Cossé Brissac Jean Lacouture André Siegfried
Xavier de Courville Dominique Lapierre Jean Simon
Antoine Crouan Raymond Las Vergnas Pierre-Henri Simon
Janine Dacosta Maréchal de Lattre de Tassigny Paul Sivadon
Cardinal Danielou Abbé Laurentin Anthéa Sogno
Pierre Daninos Frédéric Lecomte Robert Solé
Didier Decoin René Le Gentil J.C. Sournia
Xavier Dectot Jacques Le Goff Jacques Soustelle
Gérard Defois Père Le Guillou Paul-Henri Spaak
Geneviève de Gaulle Amiral Leenhardt François Sureau
Albert Delaunay Fernand Lefevre Pierre-André Taguieff
Chantal Delsol Bernard Lefort Germaine Tailleferre
Georges Deniker A. Lendger Yves Tarlet
Hélie Denoix de Saint-Marc Claude-Jean Lenoir François Terré
Jean des Cars Frédéric Lenoir Gustave Thibon
Christiane Desroches-Noblecourt Louis Leprince-Ringuet Michel Tournier
Florence Devouard Père Leroy Pierre Truche
Ghislain de Diesbach Philippe Levillain Jean-Marc Varaut
Jean Michel di Falco Bernard-Henri Lévy Hubert Védrine
Françoise Dolto Jean Leymarie Jacques Vergès
Bernard Dorival Antoine Livio Pascal Vernus
Jean Dorst Paul Lombard Pierre Viala
Michel Droit Albert Mahusier Jean-Christophe Victor
Georges Duby Robert Mallet André Vigarié
Jean Duche Roland Manuel Françoise Wagener
Albert Ducrocq Jean Marabini Heinz Wismann
Gilbert Durand Georges Marchal
Père Duroux Jean Marin